Patrimoine

La loi du 15 septembre 1807 promulguée par Napoléon 1er instaure en France le cadastre général parcellaire, c’est-à-dire le relevé géographique de l’ensemble du territoire sur la base d’un découpage en parcelles. Ce relevé a pour but d’établir de façon exacte l’assiette de l’impôt pour les propriétés bâties et non bâties.

En Maine-et-Loire cette importante opération se déroule de 1807 à 1840, et nous livre un ensemble de 5700 plans aquarellés, ici reproduits par numérisation à partir des collections versées aux Archives départementales.

Chaque commune est décrite, sauf exception, à partir d’un plan d’assemblage, qui répartit sa surface en sections, puis par plans parcellaires détaillés.

Retrouvez l’histoire du patrimoine Tessouallais de nos fermes et lieu-dit :

  • Angevinière (L’)
  • Avail
  • Bois Girard (Le)
  • Bordage Thareau (Le)
  • Bureau

voir aussi : l’Histoire de la Tessoualle

Les différents sites de notre commune

L’Église Notre Dame (1820) Dédiée à Notre Dame, l’église fut incendiée par les colonnes infernales en 1794 pendant les guerres de Vendée. Elle est reconstruite au XIXe siècle dans le style baroque. Les vitraux de l’église ont été réalisés en 1864 dans le style du XVIIe siècle. L’église possède deux cloches datant de 1876 et elle abritait un autel à baldaquin en stuc, enlevé en 1968. Le tableau “Présentation de la Vierge” de Bazin est exposé dans l’église.

P.BibardStèle Pierre Bibard (1913) Ce monument, érigé en 1913 par souscription publique à la mémoire de Pierre Bibard, né à la Tessoualle en 1770, porte l’inscription ” Souviens-toi que je t’ai pardonné pour l’amour de notre Seigneur “. Cette inscription fait référence au pardon de l’homme de la commune à son geôlier, alors que capitaine de paroisse et fait prisonnier, il souffrait de ses maltraitances. Il devint par la suite tisserand.

lavoirLe lavoir de la mercerie (1899) Il est actuellement le dernier existant à La Tessoualle. Il a été construit par adjudication en mars 1899. Il est alimenté en eau par un puits se situant en amont sur le bord droit du chemin longeant le lotissement de Parcé.

A l’origine, terre de tissage, la commune présente encore, dans ses plus vieux quartiers, quelques maisons typiques de tisserands avec ses entrées de cave où étaient installés les métiers à tisser.

Ferme de la Cour du Coudray (XVIe siècle) Ce fief qui possédait un manoir, une chapelle et trois métairies est vendu comme bien national à la Révolution. Le bâtiment de type vendéen a conservé une porte Renaissance ornée d’un arc en accolade et de montants moulurés.

voir aussi : l’Histoire de la Tessoualle